Logo A.R.M.R.E.L.

Le site de l'ARMREL

> Commémorations > Sylvia LANDAU


Sylvia LANDAU (1929-1944)


Monument des Déportés de la région drouaise, Cimetière de Dreux

Dimanche 25 avril 2010, à Dreux, la journée nationale du souvenir de la Déportation a permis un hommage à Sylvia LANDAU.
Les Sentinelles de la Mémoire ont rappelé l’histoire de Sylvia, assassinée à Auschwitz-Birkenau, et ont interprété le poème « Qui connaît Sylvia ? » devant une assistance très émue et bien plus nombreuse qu’à l’habitude.

53 noms gravés dans la pierre.

53 hommes, femmes et enfants.

39 hommes, 7 femmes, 7 enfants et adolescents.

53 victimes de la folie des hommes.

Notre mémoire oublie souvent l’histoire de ces noms gravés dans la pierre.

France Aléonard et René Guille, déportés parce qu’ils cachaient de vieux fusils. Albert Musy et Maurice Granjon, déportés parce qu’ils étaient communistes. René Fian et Edgard Laroche, déportés parce qu’ils transportaient des tracts. Roger Jouglain, déporté parce qu’il voulait passer en Espagne. Elie Schwarztmann, Hersch et Sylvia Landau, déportés parce qu’ils étaient juifs.


Sylvia Landau voit le jour à Paris, au printemps 1929.

Sa famille est arrivée d’Europe de l’Est au début du siècle. Ses parents Hersch Landau et Rose Schwartzmann se sont mariés à Paris en 1926. Ils sont tapissiers dans le faubourg du Temple. Sylvia fréquente l’école de la rue de Marseille. Quand la guerre survient, la famille Landau quitte Paris pour s’installer à Prouais : Sylvia, Hersch, Rose et Elie, le grand-père.

Sylvia découvre une nouvelle école, immédiatement voisine de la maison. Hersch retourne souvent à Paris tandis que Sylvia s’occupe de sa mère paralysée. C’est une atmosphère de sécurité relative où la prudence reste de mise. Une voisine, Marguerite Monassa, pensant sauver la petite fille, fait baptiser Sylvia.

En octobre 1942, Hersch est arrêté à Paris. Déporté à Sobibor avec Désiré Zinger, un plombier de Dreux, il disparaît, dans la nuit et le brouillard.

Nouvelle alerte en février 1943, quand deux gendarmes viennent chercher Elie pour le conduire à Drancy… Ils ne l’emmènent pas : le docteur Pauchard certifie que le vieil homme est intransportable. Une autre fois, l’instituteur, Roger Hélion, cache Sylvia dans la cave de l’école.

Une année passe.

C’est la rafle du 23 février 1944 : 56 juifs sont arrêtés dans le département, à Arrou, Brézolles, Yèvres… A Prouais, Sylvia est emmenée avec son grand-père. Ils sont conduits à la prison de Chartres puis à Drancy. On apprend bientôt qu’un convoi se prépare pour quinze cents déportables; il doit y avoir parmi eux le poète Max Jacob qui succombe à une pneumonie quarante-huit heures avant le départ.
Le 7 mars, le convoi 69 prend le chemin de Pitchipoï.
Trois jours de voyage avant d’atteindre le ciel plombé de Silésie.
Un quai de gare, des wagons qui se vident, des bagages qui restent sur le quai, des camions qui transportent Sylvia et Elie à quelques kilomètres dans un bois de bouleaux où leur temps doit s’arrêter.

En 1945, la guerre s’achève.
C’est l’attente du retour des déportés.

Rose est à sa fenêtre, de ce fauteuil d’infirme qui lui a sauvé la vie, elle attend… elle attend…
Hersch, Elie, Sylvia… Personne ne rentrera.


Il n'y a pas encore de photographie de Sylvia. 
							Les Sentinelles de la Mémoire ont composé cette image en superposant un cliché du Mur des Noms avec un dessin qui approcherait les traits de Sylvia

Qui connaît Sylvia ?
Qui se souvient d’elle ?
Un nom, une adresse, quelques dates Pour une inconnue sans visage
Qui connaît Sylvia ?
Qui se souvient d’elle ?
Celui qui l’a dénoncée ?
Celui qui l’a arrêtée ?
Celui qui l’a déportée ?
Celui qui l’a assassinée ?
Non…
Ceux là veulent l’oublier.
Mais alors,
Qui connaît Sylvia ?
Qui se souvient d’elle ?
Qui saurait dire si elle a eu quinze ans un jour ?...
Moi.
Moi qui ai eu quinze ans.
Moi qui suis vivante.
Moi qui suis ici où Sylvia est aussi…
Moi qui n’oublie pas
Qui était Sylvia.


DM, La Voix des Sentinelles - 2005

A côté de Paul DEGAINE, du Souvenir Français, les Sentinelles Prescilia et Marine évoquent la mémoire de Sylvia

Texte interprété par Prescilia, Marine et Geoffrey, Sentinelles de la Mémoire


> Commémorations > Sylvia LANDAU

Site conçu par Denis MARTIN
- Toutes reproductions partielles ou totales sont interdites sans l'accord des auteurs -
Textes (c) 2010-2016 Denis MARTIN
Coding Walter.MSX